1. Accueil
  2. Apprentissage scolarité
  3. Eveil 0 • 5 ans
  4. Tétine ou pouce : nos conseils pour l’aider à s’en passer !

Tétine ou pouce : nos conseils pour l’aider à s’en passer !

Photo

Chez les enfants handicapés, la tétine peut aggraver les troubles de la déglutition et du langage (zozotement, difficultés d’élocution).

Accro à sa tétine !

Si la tétine permet à votre enfant de se rassurer et de s’endormir, cette habitude peut devenir problématique lorsqu’elle se prolonge trop longtemps. Au-delà de l’âge de 3 ans, elle risque de provoquer des déformations de la mâchoire, des problèmes d’élocution et de communication : difficile de parler et d’affirmer sa personnalité avec un petit morceau de plastique dans la bouche ! Chez les enfants handicapés, elle peut aussi aggraver les troubles de la déglutition, et du langage (zozotement, difficultés d’élocution). Vous pouvez :

  • S’il est encore tout petit, la supprimer en même temps que le biberon, dès l’introduction d’une alimentation plus solide.
  • S’il est plus grand, lui expliquer pourquoi il serait bon d’arrêter : « Tu n’es plus un bébé tu sais, les grands n’ont plus de tétine et puis on ne voit plus ton joli sourire ! »
  • Choisir le moment propice : un départ en vacances, le passage au grand lit, et lui demander de prendre lui-même la décision de la jeter.
  • Consulter un orthophoniste, notamment parce que l’abandon des habitudes de succion peut être retardé chez l’enfant handicapé, pour des raisons anatomiques ou psychologiques. Ce professionnel aidera votre enfant à modifier ce comportement.

L’avis de la professionnelle

Myriam Szejer, psychiatre et psychanalyste en libéral et à la maternité de l’hôpital Foch de Suresnes (92), fondatrice de l’association La cause des bébés.

De nombreux enfants ont été habitués dès la naissance à avoir en permanence une tétine dans la bouche. Une décision prise au départ par les parents pour les apaiser. Cette  » tétine bouchon  » est la plus difficile à retirer. Il faut, dans la mesure du possible, le faire entre l’âge de 3 et 6 mois, comme le préconisent d’ailleurs de nombreux pédiatres. Si cela n’a pas pu être fait et si l’enfant est plus grand, il est préférable que la décision d’arrêter vienne de lui, avant l’entrée en maternelle ou en établissement car les moqueries des camarades peuvent faire des dégâts psychologiques et ne l’aideront pas à trouver sa place dans le groupe.

Plus facile d’arrêter le pouce ?

Oui et non. Le pouce est en libre-service, disponible 24 heures sur 24. Difficile d’empêcher votre enfant de le porter à la bouche. Mais contrairement à la sucette, cette habitude a tendance à cesser plus naturellement, notamment dès l’entrée à l’école (les copains, eux, ne sucent pas leur pouce !). Cependant, cela peut devenir problématique si le réflexe perdure, notamment après l’arrivée des premières dents car il peut, lui aussi, occasionner des dégâts dans la bouche de votre enfant, gêner sa déglutition et sa mastication. Vous pouvez :

  • Observer les moments où votre enfant a le plus tendance à sucer son pouce : quand il est fatigué, triste, en colère. Proposez-lui plutôt une histoire ou un câlin si vous sentez qu’il a besoin d’être rassuré.
  • Le féliciter quand il parvient à ne pas sucer son pouce pendant toute une journée. Dites-lui que vous êtes fiers de lui.
  • L’occuper en lui proposant des jeux nécessitant l’utilisation de ses deux mains. Un moyen d’éviter à votre enfant de se replier sur lui-même en suçant son pouce dans son coin.
  • Lui suggérer de mettre un joli pansement coloré sur son pouce pour lui rappeler qu’il doit le laisser un peu tranquille.

L’avis du professionnel

Patrick Fellus, attaché consultant à l’hôpital Robert-Debré à Paris et président de la Société française d’orthodontie pédiatrique.

Les habitudes de succion sont naturelles chez le bébé, elles sont d’ailleurs observées in utero chez certains enfants qui sucent déjà leur pouce. Comme le pouce, la tétine est aussi bénéfique chez l’enfant avant l’âge de 1 an car elle lui permet de s’apaiser. Pour autant, son utilisation prolongée, au-delà de l’âge de 2 ou 3 ans, peut perturber la croissance de la mâchoire. L’idéal étant de la retirer dès que possible, quitte à laisser l’enfant la remplacer par son pouce jusqu’à l’âge de 4 ans. Une consultation chez le dentiste peut permettre d’évaluer les éventuelles déformations et d’envisager très tôt des corrections.

Isabelle Malo

En savoir plus

  • Lulu-Grenadine ne veut plus sucer son pouce, Laurence Gillot, éd. Nathan, 5,95 €
  • Pouce !, Alice Brière-Haquet, éd. Flammarion, 10,50 €
  • Au revoir tétine, coloriages et jeux, éd. Le Ballon, 3,99 €
  • Association La cause des bébés