1. Accueil
  2. Ado / Jeune adulte
  3. Avenir
  4. Préparer en avance l’entrée en établissement pour adultes handicapés

Préparer en avance l’entrée en établissement pour adultes handicapés

Photo

Pour un jeune adulte, venant d’IME et orienté en foyer de vie, le passage entre ces deux structures n’est pas toujours chose aisée. Il est donc indispensable de préparer ce projet d’entrée en établissements suffisamment longtemps à l’avance. Et de dialoguer constamment avec le personnel.

Découverte progressive de l’établissement

Des périodes significatives de mises en situations dans le futur établissement sont primordiales, en commençant par des accueils à la journée, puis de manière progressive, en passant sur le mode d’accueil avec hébergement. Ces temps d’immersion dans les établissements permettent de vérifier l’adéquation de la future orientation. L’adulte concerné peut donner son avis et cela rassure aussi l’entourage familial puisqu’il y aura échange sur des situations concrètes.

Une inquiétude compréhensible

L’inquiétude de la famille peut s’entendre et se comprendre. En effet, les dispositifs d’accueils pour enfants différents ont un encadrement plus significatifs que  ceux dédiés aux adultes (hormis les structures médicalisées de type M.A.S et F.AM). D’où les interrogations «  mon enfant va-t-il être suffisamment bien accompagné ? ».

Grâce à l’immersion anticipée, le jeune adulte peut trouver facilement sa place en établissement
Photo © Istock

Période d’immersion

Alors pour permettre à un adulte d’intégrer le mieux possible un établissement, Françoise Boutteaux, directrice d’un foyer de vie dans la Nièvre, propose des périodes d’immersion par le biais de convention avec les IME, mais également pour les adultes « sans solutions ».
Elle explique : « Les établissements sont équipés d’une chambre d’accueil temporaire, et ces équipements permettent de véritables mises en situations et d’évaluer de façon concrète la « justesse » de l’orientation envisagée.

Bilan avant décision finale

À l’issue de ces périodes « de stage », un bilan est réalisé et il sert de base d’échange avec l’adulte en situation et son entourage. Ainsi, l’adulte est alors réellement à même de se positionner et d’expliquer, voire de motiver son choix. Et force est de constater qu’un adulte qui a su s’exprimer sur son avenir saura très rapidement intégrer un établissement. »

Et après ?

Quel que soit le lieu où Lulu est désormais accueilli, cela marque pour lui un nouveau changement dans sa vie. Fini l’IME ou la vie à la maison, place au contact avec le monde des grands. Si vous craignez de perdre contact, rassurez-vous. Les établissements sont généralement enclins à ouvrir leurs portes à ceux qui le demandent. Car la visite, et surtout les échanges, permettent de lever bien des tabous.

L’immersion anticipée permet de partager des activités avec les adultes qui occupent déjà l’établissement
Photo © Istock

La discussion, un remède aux inquiétudes

Si vous en avez l’occasion, et si Lulu en est d’accord, venez lui rendre visite. Cela sera l’occasion d’assister aux activités qu’il fait, de prendre part à son quotidien. C’est aussi le moment d’échanger avec le personnel de l’établissement, de poser les questions qui vous tracassent. Le dialogue sera aussi bénéfique pour les professionnels qui connaissent peu votre enfant, lequel vient tout juste d’arriver. Ce qu’il aime, ce qui le contrarie, ses petits plaisirs, ses craintes. Tout ça, vous pourrez aussi en parler.

Ne l’envahissez pas, il est chez lui

Votre présence ne doit toutefois pas tomber dans l’excès. Être aux côtés de Lulu vous fait du bien ? Mais est-ce la même chose pour lui ? Après tout, il a grandi. Si vous sentez que vous le gênez trop, n’insistez pas pour voir sa chambre. Vos visites au sein des établissements doivent se faire en douceur, et toujours avec son accord, s’il est en capacité de le donner. Car finalement, quand vous venez, vous êtes chez lui.

Vincent Huchon