1. Accueil
  2. Apprentissage scolarité
  3. Formation 15 • 20ans
  4. Parler de son handicap en entretien d’embauche ou dès le CV

Parler de son handicap en entretien d’embauche ou dès le CV

Photo

Présenter son handicap le plus simplement possible : c’est la meilleure façon de convaincre un futur employeur sans l’inquiéter ni le tromper.

Chasser les idées reçues

Un travailleur en situation de handicap n’est pas forcément une personne en fauteuil roulant.
Le constat peut paraître évident, pourtant « c’est une idée fausse très répandue,
rappelle Yves Gauthier, coach spécialisé dans les entretiens d’embauche. En France, cinq millions de personnes souffrent de troubles de l’audition, pourtant ce n’est pas à elles que l’on pense lorsqu’on parle de handicap en milieu professionnel. »

Ce qu’il ne faut jamais faire

Masquer son handicap. Car l’intérêt du recruteur consiste précisément à évaluer ce que la personne sera en capacité de faire ou de ne pas faire.

En parler dès le CV ?

Qu’il s’agisse du curriculum vitae ou de la lettre de motivation, la réponse s’apprécie au cas par cas. Légalement, le candidat n’a aucune obligation d’indiquer sur son CV ou en entretien qu’il est reconnu travailleur handicapé. Si l’intégration nécessite un aménagement de poste ou du temps de travail, ou encore si l’employeur cherche à augmenter le taux d’emploi de travailleurs handicapés – ce qui est généralement indiqué dans l’annonce -, il n’y a pas de raison de ne pas faire mention de la qualité « reconnu travailleur handicapé » dès l’étape du CV.

L’avis du professionnel

Stéphane Curon, conseiller Rhône Cap emploi.

Dans un premier temps, il s’agit déjà de parvenir à décrocher un entretien au cours duquel la question du handicap pourra être abordée. Dans le CV, mieux vaut valoriser ses compétences que d’indiquer la reconnaissance de son handicap. Cela pourra figurer dans la lettre de motivation à l’appui du potentiel du candidat qui mettra en avant l’absence de contre-indication sur le poste auquel il prétend.

En parler au cours de l’entretien ?

Si le handicap est visible ou nécessite des aménagements spécifiques, la question sera abordée au cours de l’entretien pour anticiper l’intégration du jeune sur le poste, quitte à demander l’appui d’un référent handicap au sein de l’entreprise. Tous les handicaps n’imposent pas les mêmes contraintes.

L’avis du professionnel

Stéphane Curon, conseiller Rhône Cap emploi.

Identifier la politique handi-accueillante de l’employeur en amont de l’entretien reste le meilleur moyen de savoir comment aborder la question du handicap. Notre réseau, réparti sur tout l’hexagone, prépare et reçoit en entretien les jeunes de façon individuelle et collective pour parler davantage de la manière dont pourra être aménagé le poste que du handicap lui-même.

L’avis d’Ali Hamra, 25 ans, agent administratif au CCAS de Villeurbanne.

Reconnu travailleur handicapé, j’ai récemment été embauché en emploi d’avenir pour une durée de trois ans. C’est le Cap emploi qui m’a transmis cette offre : je n’avais pas fait part de mon handicap en répondant à cette candidature par crainte de l’appréhension des recruteurs. Je voulais attendre le moment de l’entretien pour en parler. En me recevant, ils ont été surpris car d’une certaine façon, je ne le faisais pas voir. J’avais mesuré correctement mon degré de handicap et correctement évalué, avec mon conseiller Cap emploi, ma future charge de travail. Je me suis prouvé que j’en étais capable et je suis très fier de ne pas m’être mis de barrières, cela m’a permis d’avancer.