1. Accueil
  2. Vos droits
  3. Aides financières et Allocations
  4. Financez vos vacances adaptées en famille

Financez vos vacances adaptées en famille

Le surcoût lié au handicap peut peser lourd dans le budget des vacances adaptées. Pour compenser, des aides financières existent. On vous dit quels organismes solliciter pour faire baisser la facture.

Définir le surcoût lié au handicap

Vous pouvez faire une demande auprès de la MDPH (Maison Départementale pour Personnes Handicapées), que vous releviez de le PCH (Prestation de Compensation du Handicap) ou de l’AEEH (Allocation d’éducation de l’enfant handicapé). Sachez cependant qu’il est plus facile d’obtenir de l’aide financière pour un séjour adapté (en colonie de vacances par exemple) que pour des vacances en famille. On vous demandera de justifier le surcoût lié au handicap : c’est-à-dire la différence entre ce que vous allez payer et un séjour comparable pour une famille dont aucun membre n’est en situation de handicap. Il faut donc présenter un devis comparatif. Le surcoût peut correspondre à un besoin d’accompagnement, pour financer par exemple le recours à des animateurs dans un village vacances. Il peut aussi être lié à un besoin de matériel adapté : louer une joëllette, un monopousseur, des skis adaptés, un hippocampe, etc. Anticipez plusieurs mois à l’avance afin que votre demande puisse être étudiée par votre référent MDPH.

L’AEEH et la PCH peuvent être mobilisés

• Demandez une revalorisation de votre complément AEEH en intégrant les dépenses liées aux vacances.
• Dans le cadre de la PCH, demandez une aide au titre du volet « frais exceptionnels et charges spécifiques » : ce volet englobe des besoins divers, matériels ou humain, non pris en compte dans les autres volets. Les besoins spécifiques peuvent également être signalés lors de la préparation du plan personnalisé de compensation dans le cadre de l’évaluation du volet aide humaine. Vous pouvez aussi mobilisez le volet « surcoûts liés aux transports » à condition de pouvoir le justifier. Cette aide est mobilisée surtout pour les séjours adaptés quand la personne ne peut se déplacer seule.

Les aides aux vacances

Mutuelles et comités d’entreprise

Les mutuelles et comités d’entreprise disposent parfois de crédits pour vous aider à financer vos vacances au titre du surcoût lié au handicap. Envoyez un devis du séjour en décrivant le projet de vacances et votre besoin d’aide pour le financer.

Les chèques vacances

Pensez aux aides de l’ANCV (association nationale des chèques vacances). Des associations nationales en lien avec le handicap comme l’APF ou l’AFM Téléthon, mais aussi des associations locales, ont passé des conventions avec l’ANCV permettant aux adhérents, sous condition de ressources, de bénéficier de l’Aide au projet vacances ou de la Bourse solidarité famille.

Les associations

Les associations spécialisées comme le Réseau Passerelles proposent des séjours dans des villages vacances dont le surcoût lié au recrutement d’animateurs est pris en charge via des conventions avec la CAF et des groupes de protection sociale. Certaines associations proposent également du matériel de loisir adapté. Quelle que soit votre situation, faites appel à des associations, soit généralistes, soit liées à un handicap. Elles vous aideront dans vos démarches et vous proposeront des alternatives.

Avis d’expert : faire avancer l’inclusion dans le domaine des loisirs

Marjolaine Chassefière, responsable de l’accueil et des familles, association Halte Pouce (34).

Le coût le plus élevé pour les familles correspond à l’accompagnement complémentaire, soit pour des besoins spécifiques, soit au quotidien pour soulager la famille. Dans ce cas, la MDPH peut aider, mais comme ses ressources sont limitées, les cas de prise en charge des surcoûts liés aux loisirs, dans le cadre de vacances familiales, sont peu fréquents. Il ne faut pas hésiter à faire les demandes cependant. Plus il y aura de dossiers, plus les MDPH seront sensibilisées à cette question, qui passe souvent au second plan. Il est important de faire avancer l’inclusion dans le domaine des loisirs.

Julius Suzat


Références