1. Accueil
  2. Autres
  3. Comment se débarrasser des poux de tête de votre enfant ?

Comment se débarrasser des poux de tête de votre enfant ?

Photo

L’arrivée des poux est la tuile dont on se passerait bien. Comment y faire face ? Existe-t-il des spécificités liées au handicap de Lulu ?

 

Qu’est-ce qu’un pou ?

Le pou de tête est un parasite « suceur de sang », spécifique de l’homme. Une femelle peut vivre jusqu’à trois mois. Elle pond une dizaine d’œufs par jour : les lentes. De ces œufs sortent des larves après cinq à dix jours. Encore dix jours plus tard, la larve est devenue un pou capable de se reproduire.

Comment attrape-t-on des poux ?

Le pou ne saute pas, mais se déplace très vite (4 mm par seconde), donc un bref contact suffit. Le risque est maximal dans les collectivités d’enfants jusqu’à 8 ans environ. Lulu est susceptible d’en être infesté à l’école, dans son institut, à la piscine ou encore en jouant avec ses frères et sœurs.

Comment détecter le pou ?

Le pou n’est pas facile à repérer. Il est rapide et n’aime pas la lumière. La nuque et l’arrière des oreilles sont ses endroits préférés. Les lentes sont plus faciles à trouver. Ces petits points blancs de forme ovale sont solidement collés près de la racine du cheveu, à environ un centimètre du crâne. Le plus simple est de se munir d’un peigne fin spécial poux et de le passer sur des cheveux propres, mouillés et enduits de démêlant. Bien regarder à chaque passage la présence de lentes en essuyant le peigne sur du papier absorbant.

Comment se débarrasser des poux ?

Trois catégories de produits :

  • les toxiques (insecticides),
  • les « étouffants » à base de complexes huileux (huiles essentielles, par exemple),
  • les « bloquants », des dérivés du silicone (diméticone) à la fois toxiques et figeant le pou sur place.

Les lentes sont plus difficiles à éliminer, les traitements se font donc deux fois, à sept ou dix jours d’intervalle. Les shampoings sont réputés moins efficaces que les lotions, car les produits actifs sont beaucoup plus dilués. Chaque traitement s’accompagne d’une élimination complémentaire au peigne fin. Incontournable, mais longuet pour Lulu. Heureusement, il y a les dessins animés pendant ce temps-là !

Quel traitement anti-poux ?

Comme pour n’importe quel médicament, le produit le mieux adapté à Lulu sera favorisé. Les poux ont développé des résistances et la mode n’est pas aux produits chimiques, néanmoins les insecticides peuvent être utiles. Certains traitements peuvent être allergisants (huiles essentielles), d’autres ont une très forte odeur ou nécessitent plusieurs heures d’application. Les produits à base de diméticone sont utilisables dès le plus jeune âge, ce qui n’est pas le cas des insecticides (2 ans pour le malathion) ou des huiles essentielles (3 ans). Les sprays sont contre-indiqués en cas d’asthme.

Et si Lulu refuse qu’on lui touche la tête ?

Un enfant autiste aura peut-être simplement besoin de bien comprendre le processus en jeu. Des photos de poux accompagnées d’une explication sur les façons de s’en débarrasser seront peut-être une étape nécessaire. S’il est impossible de lui toucher les cheveux, une piste peut être étudiée avec le médecin traitant, celle de l’ivermectine. Il s’agit d’un traitement antiparasitaire utilisé pour soigner la gale et très efficace contre les poux (prise unique par voie orale répétée à sept jours). Ce médicament n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour traiter les poux et n’est pas conseillé pour les enfants de moins de 15 kilos.

Doit-on traiter l’environnement ?

Oui, même si un pou en bonne santé quitte rarement la chaleur d’une tête chevelue. Il ne fait d’ailleurs pas le fiérot accroché au bonnet de Lulu : après 36 heures, il est déjà mort. Ce qui ne peut être lavé à 50 °C peut tout à fait être isolé dans un sac plastique pendant trois jours.

Comment éviter les poux ?

Si la contagion menace, on peut tenter de passer les cheveux à l’après-shampoing, qui contient souvent du diméticone et rend le cheveu plus glissant. Le pou aurait plus de mal à se fixer. Pourquoi pas un traitement homéopathique de type Pediculus capitis ? Enfin, en plus d’être apaisante, l’huile essentielle de lavande vraie aurait la propriété d’être répulsive. Une goutte derrière chaque oreille le matin, mais c’est sans garantie !


Références

  • (1)
    Merci au Professeur Olivier Chosidow, chef du service de dermatologie à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et Annick Delcher-Jean, présidente d’Éducautisme,
  • (2)
    • Pour dédramatiser, dès l’âge de 2 ans : Poux !, Stephanie Blake, éd. L’École des loisirs, 2010.
    • Dès l’âge de 4 ans : Ernest et Célestine ont des poux, Gabrielle Vincent, éd. Casterman, 2004.
    • Dès l’âge de 5 ans : Les poux, c’est rien du tout !, Nadine Brun-Cosme, éd. Lito, 2008.
    • Danse avec les poux, un site généraliste sur les poux
    • Un état des lieux sur le traitement des poux par l’ivermectine, réalisé par la Société française de dermatologie en 2010