1. Accueil
  2. Son handicap
  3. Handicap mental
  4. Handicap mental : apprendre la valeur de l’argent

Handicap mental : apprendre la valeur de l’argent

La plupart des ados handicapés mentaux savent très bien à quoi sert l’argent et ce que l’on peut obtenir en échange (un produit, un service, etc.). En revanche, comprendre ce que l’on peut en faire avec une somme précise reste plus compliqué…

L’argent ça s’apprend

Des pièces et des billets

Lors d’ateliers dédiés ou en classe, les éducateurs et les enseignants spécialisés proposent aux jeunes atteints de déficience intellectuelle d’apprendre dans un premier temps à reconnaître les pièces de monnaie et les billets, à effectuer des équivalences (10 pièces de 10 cents = 1 €). « Certains jeunes de 15 ou 16 ans n’ont jamais vu d’euros, explique Romain Folliet, enseignant d’IME. Pour qu’ils puissent se familiariser, il faudrait par exemple les laisser payer dans un magasin chaque fois que cela est possible. Je les aide à se représenter la valeur des pièces et des billets, à supprimer certaines idées fausses : avoir plus de pièces que son copain ne signifie pas qu’on a plus d’argent que lui ! »

En lien avec le quotidien

Faire des courses pour l’atelier cuisine, acheter son dentifrice pour l’internat ou dépenser l’argent de poche laissé par les parents. Il existe de nombreuses situations vécues par les résidents d’IME qui permettent de travailler concrètement sur la valeur des choses. « Nous sortons cependant rarement du quotidien, explique Marie-Andrée Albert, éducatrice spécialisée. Car s’ils comprennent qu’une voiture coûte cher, les jeunes ne se représentent pas vraiment à quel point par rapport à un DVD, par exemple. Le but de ces exercices reste qu’ils soient suffisamment autonomes pour faire quelques courses seuls dans un magasin et puissent payer à la caisse en donnant la somme correspondante. »

 

Faire des courses, payer son loyer

Il faut savoir choisir !

Parce qu’on ne peut pas acheter tout le magasin et qu’il faudra forcément faire des choix. « Je propose aux jeunes d’aller faire des courses, poursuit Marie-Andrée Albert. Ils doivent dans un premier temps dresser un menu équilibré pour huit personnes, puis en découle une liste de courses qu’ils effectuent avec une somme d’argent définie et une calculatrice. L’objectif : revenir à l’IME avec tout ce qu’il faut et sans avoir dépassé la somme donnée. S’ils se rendent compte au fur et à mesure des courses que le budget est dépassé, ils devront supprimer des éléments ou les remplacer. Un ananas pour le dessert, c’est très bon, mais c’est aussi plus cher que les pommes ! »

Tenir un budget

La notion de budget (recettes et dépenses) peut être abordée par les mêmes exercices concrets et sera l’occasion de préparer ces jeunes à gérer le quotidien s’ils touchent plus tard un salaire issu d’un travail en milieu ordinaire ou protégé. Et même s’ils sont sous tutelle et n’auront pas à gérer eux-mêmes leur budget, il sera toujours utile de leur expliquer qu’un guichet automatique n’est pas magique et ne distribue pas d’argent gratuitement.

Témoignage de maman

Annick, maman de Romain, 17 ans, atteint d’un retard intellectuel.

« Romain se représente bien la valeur de 10 € »

« Pour mon fils, changer de voiture, c’est comme acheter une baguette de pain, il ne voit pas la différence. Romain est capable de visualiser ce qu’il peut s’acheter avec 10 €, notamment parce qu’il achète tout le temps la même chose, mais au-delà de 100 €, c’est plus flou. Pour le prix de notre maison, par exemple, en lui expliquant qu’on a donné de l’argent tous les mois depuis vingt ans pour la payer, il comprend que c’est une grosse somme. Dans ce cas, le repère temporel l’aide un peu mieux à se représenter les choses. »

Isabelle Malo


Références

  • (1)
    • J’apprends l’euro, Jean Paul Rousseau, 85 €, www.informatique-education.fr. Ce logiciel contient des exercices et des jeux pour apprendre à utiliser la monnaie et reconnaître la valeur des choses.
    • www.abcbanque.fr : comprendre l’argent en s’amusant à partir de 6 ans, un site créé par la Société générale.
  • (2)
    Merci à Marie-Andrée Albert, éducatrice spécialisée en enseignement ménager de l’IME Les Magnolias, et à Romain Folliet, enseignant spécialisé à l’IME La Découverte.