1. Accueil
  2. Loisirs
  3. Les arts plastiques s’ouvrent aux malvoyants

Les arts plastiques s’ouvrent aux malvoyants

Dessiner, peindre, toucher les œuvres sans voir, c’est possible ! Les musées proposent des galeries tactiles et leurs ateliers reçoivent de plus en plus le public handicapé visuel.

Pour qui ?

Il n’y a pas d’âge pour se lancer dans la création plastique. Dès 4 ans, tous les enfants (mais également les adultes, sans limite d’âge) peuvent s’inscrire à l’année ou dans des ateliers ponctuels. Pour les plus petits, les activités sont simplifiées par l’utilisation de nombreux accessoires. « On propose du coloriage avec de gros feutres, des jeux de pochoirs en bois, ou bien du dessin avec du matériel de gravure », explique Laurence Rossellini, responsable des activités culturelles du musée
Préau des Accoules, à Marseille.

Quels bénéfices ?

Que ce soit le dessin, la poterie ou le modelage, voire le tissage, toutes les activités manuelles permettent aux enfants d’exercer leur motricité fine. Pour les plus petits, apprendre à se servir de ses mains et de ses doigts peut même devenir une façon de s’initier à la lecture du braille. Mais avant tout, « la pratique d’un art plastique permet de se représenter les objets de la vie quotidienne, de comprendre le monde abstrait des voyants », souligne Claude Garrandes, lui-même aveugle et directeur d’une petite maison d’édition de livres en relief, les éditions Garrandes.

Chaque chose à sa place

Pour les participants les plus autonomes, l’animateur n’a pas besoin de disposer à l’avance les matériaux nécessaires : il suffit de laisser les rouleaux, les bassines, les éponges et les pulvérisateurs au même endroit chaque jour. Plus qu’une initiation à l’art, ces séances peuvent aider à vivre avec son handicap visuel et à acquérir des compétences complémentaires comme le repérage et l’organisation.

Dépasser son handicap

Vous craignez que votre enfant ne puisse apprécier sa création, faute de la voir ? En général, les animateurs proposent aux jeunes artistes de découvrir leurs œuvres du bout des doigts. Lorsque le toucher n’est pas vraiment approprié, certains plasticiens organisent un moment d’échange à la fin de l’atelier, où les enfants valides décrivent à voix haute les différentes réalisations. Et, quand son dessin passe entre les mains de toute la famille, l’illustrateur en herbe se trouve souvent rassuré par une vague de félicitations !

Tournez-vous vers une MJC ou votre mairie

Pour inscrire votre enfant près de chez vous, tournez-vous vers les MJC, les centres sociaux et les musées ou bien vers votre mairie, qui saura vous conseiller. Certains espaces qui n’ont pas prévu d’accueillir des personnes malvoyantes se montreront finalement très ouverts à l’intégration. N’hésitez donc pas à demander si votre enfant peut participer avec les jeunes valides. Bien entendu, tout dépendra de l’importance de son handicap et de son degré d’autonomie. Il arrive que le responsable exige la présence d’un accompagnateur adulte.

Possibilité de cours privés

De nombreux professeurs d’arts plastiques donnent des cours à domicile pour les groupes ou les individuels. Aquarelle, empreinte, tableau en relief ou collage : votre enfant pourra aborder tout ce qui l’intéresse et le fascine. Attention toutefois au prix de ces ateliers, qui peut largement dépasser 50 € l’heure. Pour trouver un intervenant, regardez les petites annonces des journaux départementaux et visitez le site kelprof.

Sans danger

Les arts plastiques peuvent présenter un danger lorsqu’ils nécessitent l’utilisation d’outils ou matériaux coupants (aiguille, ciseau, couteau, fer…). Pas d’inquiétude : pour éviter les bobos, les animateurs ne laissent pas les participants s’en saisir sans aide ou astuces sécurisantes. Et les enfants les plus jeunes ne sont pas exposés à ces risques.

Quel budget ?

À la séance ou à l’année, dans un centre spécialisé ou au musée lors d’une visite-atelier, le coût varie. Pour des séances ponctuelles d’une heure et demie à deux heures, comptez entre 3 € et 10 €. En revanche, pour une activité de loisir régulière, le prix peut s’élever jusqu’à 90 € voire 100 € (frais de dossier et fournitures compris).
L’avantage : votre enfant peut se présenter à toutes les séances, chaque semaine et durant toute l’année.